En massage, profond ne veut pas dire meilleur.

 

Je n’aurais jamais pensé que ce jour arriverait. Mais le jour est bien là, comme pour la musique dite populaire, comme pour la restauration que l’on appelle restauration rapide et qui est aussi populaire,  le massage le plus populaire n’est pas le meilleur. Populaire ne veut pas dire automatiquement bon!

Cela peut même ressembler à de la restauration rapide (fast food), régime qui n’est pas nourrissant et qui s’il est pris quotidiennement  peut même être malsain. Je parle ici de ce massage appelé p-rofond qui se fait trop souvent passer pour un massage des tissus profonds.

 

Je ne dénigre pas cette technique, le massage des tissus profonds à son meilleur est une thérapie merveilleuse! De nombreux enseignants en massage ont créé des livres entiers, des vidéos et d’autres offres de formation continue avec intégrité, expertise et passion. De plus, le massage des tissus profonds bien documenté et bien présenté est un apprentissage et une pratique essentielle pour tous les thérapeutes. Cependant, une grande partie des massages en profondeur, peut-être même la majorité, ne sont ni réalisés ni promus avec intégrité et rigueur intellectuelle ou thérapeutique.

 

Premièrement, lorsqu’on présente dans les offres des entreprises de massage le Suédois comme étant superficiel et le Deep Tissue comme étant la principale alternative thérapeutique, on ouvre déjà la voie à une idée fausse: on présuppose que le Suédois est superficiel et que le Deep Tissue est, bien entendu, plus profond.

 

Lorsqu’on pose la question implicite :voulez-vous un massage superficiel ou un massage plus profond? Combien de personnes choisiraient superficiel?

 

Mensonge

Il est souvent affirmé dans les cliniques et spas que si vous voulez un soulagement efficace de la tension musculaire, un massage plus profond est forcément le meilleur choix. Ce que l’on ignore, c’est que le Suédois n’est pas un massage plus léger ni plus superficiel, bien qu’il puisse être enseigné de cette façon dans de nombreuses écoles.

 

Le massage aux États-Unis a été fortement influencé par le style de massage Californien, souvent plus léger et plus fluide. Ainsi, ce que nous appelons le Suédois est souvent un mélange de vrai Suédois – ce qui était traditionnellement un travail assez profond impliquant des pétrissages et des frictions importantes – avec  du massage Californien de style plus en effleurages.

 

La fausse et mauvaise  hypothèse, la plus couramment sous entendue et liée au travail des tissus profonds est que pour obtenir un effet thérapeutique optimal, les thérapeutes doivent appliquer beaucoup de pression. C’est faux – en fait, c’est aussi simpliste que de supposer qu’une musique efficace doit être une musique forte – car la relaxation des muscles n’est en grande partie pas le résultat de la pression forte en massage; elle est le résultat du système nerveux qui cesse d’envoyer au muscle le message de tension.

 Trois groupes ont construit et continuent d’entretenir ce mythe 

 

1. Le grand public, nos clients. Tant d’athlètes et d’autres personnes très musclées croient que si ça ne fait pas mal, ça ne donne rien.

 

Bien que le client ait besoin de suffisamment de pression pour se sentir bien pris en charge, nous rencontrons maintenant fréquemment des clients qui demandent autant de pression que nous pouvons en mettre, parfois même en se vantant: « Vous ne pouvez pas me faire mal! » comme si c’était une bonne chose.

 

Ces personnes, que ce soit par le bouche à oreille ou par leurs expériences de massage antérieures, ont peut-être fait l’expérience d’un massage Suédois inefficace, trop léger ou pas assez précis anatomiquement.

 

Ce qui est nécessaire est que nous travaillions superficiellement ou en profondeur et que nous le fassions avec plus d’intelligence, plus de sensibilité, plus de clarté anatomique et donc généralement moins de force.

 

Substituer la force à l’intelligence – qu’il s’agisse de guerres ou de soins de santé – est généralement une mauvaise idée.

 

2. Les Massothérapeutes. De nombreux thérapeutes n’ont pas suivi de formation suffisante en massage. Ils ont d’abord appris un travail supposément plus léger, puis, voyant que cela pouvait ne pas être très efficace, ils ont simplement ajouté du poids au pouce carré.

 

En outre, ils répondent à la demande de travail excessivement profond par nécessité économique; c’est-à-dire, l’offre doit répondre à la demande.

 

Ironiquement, on constate que, quelques années plus tard, après avoir travaillé en cabinet privé ou en tant qu’employés pendant un certain temps, les massothérapeutes sont soudainement fascinés par le travail craniosacral partiellement parce qu’il devient ainsi évident que vous ne devez pas exercer beaucoup de pression afin d’avoir un effet profond.

 

3. Les employeurs en massothérapie. Il existe une tendance naturelle à créer une offre de services (un menu). Cela ne rend pas justice au fait que la meilleure thérapie est individualisée pour le client et que les meilleures sessions peuvent souvent inclure une variété de techniques, de pressions et d’interventions ponctuelles.

 

La rigidité des offres thérapeutiques crée une injustice… Le réel besoin est plutôt de personnaliser un massage pour chaque client.

 

Conclusion

 

Quels sont les inconvénients de tout cela?

 

    Les thérapeutes se blessent en essayant de répondre à des demandes inappropriées afin d’appliquer une pression maximale.

    L’importance  mise sur le travail des tissus profonds compromet la longévité des thérapeutes qui ne sont pas outillés déquatement. Ils ne peuvent pas maintenir ce niveau de pression pendant 20 à 40 séances par semaine sans s’épuiser physiquement, mentalement ou émotionnellement.

    Certains clients finissent par avoir des ecchymoses, voire des blessures, en appliquant une force excessive.

    La demande de massage des tissus profonds dénature à son tour les programmes des écoles en ce qui concerne les pressions excessives, favorise la négligence de l’art et de l’individualité alors que ceux-ci qui jouent un rôle clé dans les meilleurs massages.

J’aimerais tellement voir une volonté systématique d’éduquer le grand public, les thérapeutes, les étudiants et les employeurs sur la fausse croyance selon laquelle un bon massage doit être un massage en profondeur.

 

Fait vérifiable

 

L’information la plus importante que nous devons comprendre et promouvoir est que le changement des niveaux de tension dans le corps est causé par des changements dans le système nerveux, et non par des changements dans les tissus mous, comme indiqué dans l’article «Fascial Plasticity – A new Neurobiological Explanation (Plasticité des fascias – Une nouvelle explication neurobiologique), par Robert Schleip. (Journal of Bodywork and Movement Therapists, avril 2003.)

 

La croyance, cependant, est que les muscles se détendent plus avec plus de pression.

 

La vérité est que les muscles se détendent davantage lorsque le système nerveux leur dit de le faire.

 

Maintenant, cela implique de répondre respectueusement aux attentes conscientes du client en matière de pression – mais cela implique également le niveau de connaissance et d’habileté du thérapeute à éduquer la personne verbalement et non-verbalement par le toucher, en lui soulignant que sa capacité à relâcher sa tension intérieurement est plus efficace et plus durable que la pression externe excessive du thérapeute, essayant de maîtriser la tension avec de la pression.

 

Des correctifs possibles

 

Pour les clients: Détendez-vous! S’il vous plaît, comprenez que de vous laisser aller de l’intérieur est la meilleure chose que vous puissiez faire pour vous-même en général, et lorsque vous recevez un massage.

 

Si vous vous laissez aller de l’intérieur et que le thérapeute exerce un toucher intelligent avec juste ce qu’il faut de pression, de mouvement et d’intention, le résultat thérapeutique sera plus profond et plus durable.

 

Pour les massothérapeutes: Affinez vos connaissances anatomiques et physiologiques. Suivez une formation continue avancée ou créez un groupe d’étude pour approfondir votre enthousiasme et votre connaissance de l’anatomie.

 

Plus votre toucher est clair, moins vous aurez tendance à substituer la force à l’intelligence.

 

Étudiez davantage de techniques qui ne substituent pas la force à l’intelligence: formation de haute qualité en massage des tissues profonds et autres approches telles que Zéro balancing, le Deep Massage (méthode Lauterstein), le Shiatsu, la Polarité, l’approche Trager et le Hakomi –techniques qui, tout en travaillant au niveau structurel de façon nette, reconnaissent aussi l’importance et l’habileté de connecter le système nerveux (énergie).

 

Pour les employeurs: commencez à vous éloigner des offres de services fixes et encouragez vos massothérapeutes à répondre de manière créative aux besoins uniques de chaque client.

 

Si possible, donnez-leur suffisamment de temps pour dresser un historique significatif et discuter des besoins des clients, afin qu’ils puissent individualiser leurs sessions de manière appropriée.

 

Pour le futur

 

Aller au-delà de la conviction que «profond» signifie «efficace» et «moins profond», signifie « superficiel» contribuera à créer un avenir dans lequel les meilleurs résultats possibles de la massothérapie peuvent être obtenus –

et cela ne peut être que bénéfique pour les clients, les employeurs et les thérapeutes en massothérapie.

 

A propos de l’auteur

 

David Lauterstein est l’auteur de The Deep Massage Book: How to Combine Structure ane Energy in Bodywork (Le livre du massage profond : Comment combiner structure et énergie dans le travail corporel (Redwing Book Company, 2012) et Putting the Soul Back In Body (Ramener l’âme dans le corps) (auto-publié, 1985). Il est le cofondateur de l’école de massage Lauterstein-Conway à Austin, au Texas.

 

 

Traduction libre de https://www.massagemag.com/deep-tissue-massage-pressure-91071/

Par Sylvie Charbonneau aidée de Google

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *