Où les infirmières, les médecins et les massothérapeutes et réflexologues obtiennent-ils leurs informations sur le cancer?

Bien que les médecins, les infirmières en oncologie et les thérapeutes complémentaires disposent tous de méthodes et de ressources légèrement différentes pour rechercher des informations, la majorité de ces professionnels se tournent vers la littérature factuelle, selon une étude récente menée en Norvège et publiée dans BMC Health Services Research.1

L’équipe, composée de chercheurs de l’Université arctique de Norvège et de l’École de médecine Wake Forest du département d’épidémiologie et de prévention de la Division des services de santé publique, a cherché à comparer la manière dont les prestataires de soins de santé conventionnels (oncologues, infirmiers en oncologie et médecins de famille) Les thérapeutes (acupuncteurs, réflexologues et massothérapeutes) recherchent des informations sur les traitements anticancéreux conventionnels et complémentaires.

«Pour fournir des soins sûrs contre le cancer, il est important que les conseils sur les modalités complémentaires reposent sur des évaluations actuelles et basées sur des preuves», ont écrit les auteurs de l’étude.

Au total, 466 professionnels de la santé ont rempli des questionnaires comportant 7 thèmes: inclusion, communication, risque en pratique clinique, perception des modalités de traitement complémentaires et conventionnelles, recherche d’informations sur les thérapies complémentaires et la médecine conventionnelle, démographie et pratique clinique ou hospitalière.

Dans les questions sur les sources d’information, les questionnaires fournissaient 3 catégories de réponses possibles: littérature fondée sur des preuves, comprenant des lignes directrices, des bases de données médicales, des ressources en ligne, des conférences / séminaires professionnels et des associations professionnelles; littérature non factuelle, comprenant la famille et les amis, les médias et les centres ou organisations de lutte contre le cancer; et collègues.

«En général, chaque groupe professionnel a recherché des informations factuelles sur le traitement anticancéreux conventionnel et complémentaire au-delà des informations potentiellement non factuelles et des informations émanant de collègues», ont écrit les auteurs de l’étude.

Les médecins (96%; n = 137) étaient les plus susceptibles de collecter des informations à partir de la littérature factuelle – principalement des directives de pratique – suivis des infirmières en oncologie (81%; n = 72), des acupuncteurs (79%; n = 119), des réflexologues (54%; n = 19) et des massothérapeutes (54%; n = 44).

Cependant, la majorité des infirmières (70%) ont également déclaré avoir rassemblé des informations dans des publications non fondées sur des preuves, suivies par les acupuncteurs (69%), les massothérapeutes (51%), les réflexologues (43%) et les médecins (37%). .

Plus de la moitié des médecins (58%) ont déclaré avoir demandé des informations à leurs collègues, tandis que 64% des infirmières ont indiqué qu’ils en faisaient autant.

Les chercheurs ont souligné qu’il était important que les prestataires de soins de santé pratiquent une médecine fondée sur des preuves, définie comme «l’utilisation consciencieuse, explicite et judicieuse des meilleures preuves actuelles pour la prise de décisions concernant les soins à apporter à chaque patient. Cela signifie intégrer l’expérience clinique individuelle avec les meilleures preuves cliniques externes disponibles issues de la recherche systématique. »2

Les chercheurs ont noté qu’il était important que les conseils sur les modalités complémentaires s’appuient sur les évaluations actuelles fondées sur des preuves pour fournir des soins sûrs contre le cancer, ajoutant que leur étude « démontre que depuis que le terme médecine basée sur des preuves a été introduit pour la première fois en 1991, l’approche s’est développée les fournisseurs conventionnels et complémentaires utilisent cette approche pour rechercher des informations. « 

Références: 
 https://bmchealthservres.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12913-018-3674-9
Stub T., Quandt SA, Arcury TA, et al. Traitements anticancéreux conventionnels et complémentaires: Où les prestataires conventionnels et complémentaires cherchent-ils des informations sur ces modalités? BMC Health Services Research. 2018; 18: 854; doi: 10,1186 / s12913-018-36749.
Sackett DL, WR Rosenberg, Gray AM et al. Médecine fondée sur des preuves: qu’est-ce que c’est et qu’est-ce qui ne l’est pas? BMJ. 1996; 312; doi: 10,116 / bmj .317023,71.

Texte original anglais de BRIELLE BENYON

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *