Les médecins américains ont finalement conclu que leurs outils pharmaceutiques pour traiter la douleur au bas du dos,  l’un des maux les plus fréquents au monde,  ne fonctionnent pas.

L’American College of Physicians maintenant recommande à ses médecins de référer leur client  d’abord vers des thérapies  alternatives pour les douleurs au bas du dos.

Un nouveau  guide sorti  le mardi 7 février par l’American College of Physicians suggère aux médecins de recommander à leurs patients, exercices et traitements tels que enveloppements chauds, yoga, méditation pleine conscience avant de se tourner vers un traitement pharmaceutique,t ( que ce soit des médicaments prescrits ou disponibles en vente libre). C’est un grand pas vers une approche  plus globale de l’être de la part du corps médical.   » That marks a big departure from previous guidelines,  souligne Roger Chou,   professeur au Oregon Health and Science University, dans une entrevue accordée à Vox.

Les exercices et les thérapies alternatives peuvent fonctionner aussi bien et même mieux que les médicaments note le American College of Physicians mais en plus elles n’ont pas d’effets secondaires.  Le Collège déconseille aussi fortement la prescription d’opiacés pour ce type de problème étant donné que les recherches démontrent leur pauvre efficacité pour les douleurs du bas du dos et les risques de dépendance et d’overdose liés à leur utilisation.

 Ceux qui souffrent de ce type  de douleur, doivent cependant prendre ces suggestions avec un grain de sel: l’efficacité de ces thérapies alternatives peut être parfois limitée pour certains patients, et peu d’études existent encore pour documenter suffisamment les résultats obtenus.
 

Les maux de bas du dos sont incroyablement fréquents— cependant la médecine n’en saisit pas réellement toutes les causes

La douleur au bas du dos est l’une des raisons majeures pour laquelle les gens consultent leur médecin (raisons de visites ). Cependant les médecins ont découvert que les médicaments devraient être la solution de dernier recours pour ce type de douleur. 

Les médecins  parlent des mots de dos de différentes façons , mais celui qui atteint le plus de monde est celui appelé « douleur non-spécifique au bas du dos ».

En clair ce type de douleur du dos n’a pas de cause qui peut être décelée et peut être aigüe (durant jusqu’à 4 semaines), subaigüe (qui dure de 4 à 12 semaines) et chronique, (durant plus de 12 semaines). En règle général cette douleur est rarement un signe d’un problème  médical plus sérieux.

C’est par contre  un des maux les plus courant dans la population. La douleur au bas du dos est une des raisons majeures pour laquelle les gens consultent leur médecin aux États-Unis et c’est aussi la raison principale d’absentéisme au travail à travers le monde  ( absentéisme.)

L’obésité, avoir du surpoids , la cigarette, la dépression, l’anxiété sont tous des facteurs liés à la  douleurs au bas du dos, cependant la cause réelle est généralement plus compliquée. Notre meilleure compréhension de la douleur du bas du dos est que c’est une condition aux paramètres biopsychosociaux  complexes,  c’est à dire que si les aspects biologiques tels que des facteurs anatomiques, structurels et physiologiques peuvent jouer un rôle, les facteurs psychologiques et sociaux jouent aussi un grand rôle, souligne le professeur  Chou, qui a écrit un récapitulatif de ces faits ( evidence review) et a contribué à fournir de l’information lors de l’élaboration du nouveau guide de l’American College of Physicians.

Par exemple , chez des patients qui ont des résultats presque identiques à la suite de test d’imagerie ( par exemple IRM), ceux qui sont en dépression ou insatisfaits de leur travail ont des maux de dos plus importants et douloureux , que ceux qui ne le sont pas.  Pour cette raison les médecins recommandent rarement de pratiquer un IRM pour ce genre de douleur car il pourraient en découler suite à la lecture des résultats un sur-traitement qui pourrait être plus dommageable que bénéfique.

 

Il existe une variété de traitements qui peuvent soulager cette douleur!

Il existe peut de solutions pour prévenir les douleurs au bas du dos autres qu’une bonnne hygiène de vie: faire un minimum d’exercice, maintenir un poids santé, éviter les blessures mais  il y a une variété de soins qui peuvent soulager la douleur,  cependant aucune pilule miracle ne peut régler la cause!

Pour les douleurs aigües et subaigües du bas du dos — ces cas qui durent moins de 12 semaines — l’American College of Physicians  recommande la thérapie par le chaud comme première ligne de défense.Massage, acupuncture, et manipulations spinales par un chiropraticien peuvent aider mais les données ne sont pas assez nombreuses pour valider suffisamment les bienfaits de telles pratiques alternatives.

Pour les douleurs chroniques, les exercices, les thérapies de réhabilitation, l’acupuncture et la réduction du stress par la  méditation pleine conscience ont donné les meilleurs résultats quantifiés. Ensuite la pratique du yoga ou du Tai Chi, les exercices de contôle de la motricité, l’application d’une thérapie par rayonnement laser basse énergie, une thérapie cognitivo-comportementale peuvent aider mais encore là les études manquent pour appuyer les effets réels de telles pratiques.

Si ces thérapies ne fonctionnent pas le guide suggère que le patient s’informe auprès de son médecin pour des relaxants musculaires non opiacés. 

Le professeur  Chou résume ainsi: L’exercice doit être la première ligne de thérapie pour une douleur chronique au bas du dos. Les thérapies « passives » tels que des manipulations vertébrales et l’acupuncture…. doivent être conjuguées avec d’autres thérapies plus « actives » telles que des thérapies psychologiques, le yoga, la réduction du stress par la  pleine-conscience.” ajoute t-il.

L’American College of Physicians  recommande don maintenant à ses médecins d’utiliser d’abord des thérapies  alternatives par la chaleur et de suggérer la pratique du yoga avant de prescrire des médicaments pour les douleurs au bas du dos. 

Cet article est un aperçu traduit de l’article suivant dans sa version d’origine:

http://www.vox.com/science-and-health/2017/2/14/14609508/doctors-admit-drugs-cant-fix-back-pain

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *