Le mécanisme mystère des MASSAGES démasqué change complètement la compréhension de leur impact sur le corps. Une découverte majeure expliquée ici…
 

Le contact thérapeutique du massage agirait sur l’ADN !

 
Une étude  (http://stm.sciencemag.org/content/4/119/119ra13)  a révélé comment le pétrissage soulage les muscles endoloris – en désactivant les gènes associés à l’inflammation et en activant les gènes qui aident les muscles à guérir.
 
La découverte qui date de 2012 n’a pas fait grand bruit, et pourtant elle est majeure! Elle a été mise à jour par une équipe ontarienne de chercheurs et elle contredit les affirmations populaires selon lesquelles le massage comprime et élimine l’acide lactique ou les déchets de muscles fatigués et pourrait apporter une nouvelle crédibilité médicale à la pratique.
 
Malgré la popularité répandue du massage, les chercheurs connaissent étonnamment peu ses effets sur les muscles. Des études antérieures ont réussi à montrer seulement qu’un frottement bien administré peut réduire la douleur, mais aucun n’a jamais précisé comment. Les preuves insuffisantes font que de nombreux médecins ne sont pas sûrs, sinon carrément sceptiques, de la méthode.
 
Mark Tarnopolsky, chercheur neurométabolique à l’Université McMaster à Hamilton, au Canada, était l’un de ces médecins – jusqu’à ce qu’il souffre d’une grave blessure aux ischio-jambiers dans un accident de ski nautique il y a bientôt 10 ans. La massothérapie faisait partie de son régime de réadaptation, et il était si efficace pour soulager sa douleur qu’il est devenu déterminé à traquer le mécanisme qui l’a fait se sentir si bien. « Je pensais qu’il devait y avoir une base physiologique pour cela », dit-il. « Et étant un scientifique cellulaire, mon intérêt est dans la base cellulaire. »
 
.Donc, Tarnopolsky et ses collègues – y compris le coordinateur de son programme de réadaptation – ont recruté 11 jeunes hommes prêts à tester au nom de la science. Les sujets ont subi une séance de vélo debout, éreintante qui a laissé leurs muscles endommagés et endoloris. Dix minutes après leur séance d’entraînement, un massothérapeute a massé une de leurs jambes. Pendant ce temps, les chercheurs ont prélevé des échantillons de tissus des quadriceps des volontaires – une fois avant l’entraînement, une fois 10 minutes après le massage et une fois 3 heures après l’entraînement – et ont comparé les profils génétiques de chaque échantillon.
 

Les chercheurs ont détecté:

Les chercheurs ont détecté plus d’indicateurs de réparation cellulaire et d’inflammation dans les échantillons post-entraînement que dans les échantillons pré-entraînement.

 
Cela ne les a pas surpris car les scientifiques savent que l’exercice active les gènes associés à la réparation et à l’inflammation. Ce qui les choquait étaient les différences claires entre les jambes massées et les jambes non massées après l’exercice. Les jambes massées avaient 30% plus de PGC-1alpha, un activateur du gène qui aide les cellules musculaires à construire des mitochondries, les «moteurs» qui transforment les aliments d’une cellule en énergie. Ils ont également eu trois fois moins de NFkB, qui active les gènes associés à l’inflammation.
 
Les résultats, publiés en ligne dans Science Translational Medicine,  9http://www.sciencemag.org/news/2012/02/massages-mystery-mechanism-unmasked) suggèrent que le massage supprime l’inflammation qui suit l’exercice tout en favorisant une guérison plus rapide. « Fondamentalement, vous pouvez avoir votre gâteau et le manger aussi », dit Tarnopolsky. Il ajoute que l’étude n’a trouvé aucune preuve à l’appui des affirmations souvent répétées selon lesquelles le massage élimine l’acide lactique, un sous-produit de l’effort longtemps blâmé pour les douleurs musculaires, ou favorise l’élimination des produits générés par des muscles fatigués.
 
«C’est probablement la meilleure étude que j’ai vue sur les bases biologiques de la massothérapie», explique Thomas Best, un médecin spécialiste en médecine sportive de l’Ohio State University à Columbus, qui a étudié les effets du massage sur les animaux. Il note que ce serait une expérience difficile à reproduire car il n’y a pas deux massages identiques, mais il qualifie néanmoins les résultats de « convaincants ».
 

Dr. Tarnopolsky, pour sa part, est un converti.

«Il ne fait aucun doute que je vais rendre visite au massothérapeute plus souvent», dit-il.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *