Salarié ou travailleur autonome, comment s’y retrouver?

Dans les centres de santé, spas et cliniques parfois cohabitent plusieurs statuts (employés, employés payés à l’acte et travailleurs autonomes) .

Salarié:Parfois les centres offrent un salaire à l’heure (avec bonus ou non pour chaque massage). Lorsque les heures de disponibilités ne sont pas comblées le masso plie des draps, fait du ménage et autres tâches connexes…

Salarié payé à l’acte: il y a des endroits qui rétribuent le salarié à l’acte. Il est donc payé seulement quand il fait un massage. 

Comme employé salarié le salaire est majoritairement plus bas mais le massothérapeute  n’a pas à se soucier de la complexité comptable, les impôts sont prélevés à la source, les équipements sont généralement fournis. les services de publicité et de réception aussi et le masso  a droit à des vacances payées. 

Travailleur autonome: le travailleur autonome  a toute sa comptabilité à gérer mais il est rémunéré  un montant par massage sans oublier tous les avantages financiers comme les déductions (dépenses) qui deviennent très avantageuses et peuvent faire économiser pas mal d’impôt, il reste maître de son horaire, il doit payer des frais de location d’équipements  ou apporter son équipement dans les  entreprises-clientes avec lesquelles il veut travailler. 

Au final rien n’empêche d’avoir les deux statuts. D’une part des heures fixes dans un centre pour avoir une stabilité et de l’autre avoir un statut de travailleur autonome pour d’autres endroits et pour développer sa clientèle. 

 Quand on comprend bien la différence on peut naviguer à son avantage.( Utiliser les spas quand sa propre pratique a des périodes de bas achalandages. Les pics des saisons touristiques sont souvent des périodes achalandées en spa et tranquilles à domicile. )

C’est beaucoup de travail et de coûts pour une entreprise de gérer des employés; faire des payes, des fériés, des vacances et la promotion etc…

Pour l’employeur l’avantage d’avoir des employés est qu’il peut mieux contrôler horaire et image de son entreprise, il peut imposer horaire, exigence d’uniforme , etc…

Pour les massos,  certaines personnes préfèrent  être employées et bénéficier des avantages.

Attention: le vrai danger c’est quand un employeur engage un travailleur autonome mais le « traite » comme un employé. C’est à dire en fournissant tout, en ne chargeant pas de location, en lui exigeant un horaire, en lui imposant un taux horaire, en lui demandant l’exclusivité et etc… et c’est là que le statut du massothérapeute se retrouve comme  un statut d’ « employé déguisé » qui est illégal fiscalement.

Ce n’est pas tout le monde qui a la fibre entrepreneur et marketing. par contre, il est important de connaître ces différents choix possibles pour que chaque massothérapeute puisse faire des décisions éclairées pour sa carrière.

Voici un autre article sur le sujet 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *